themen
Detailansicht
service

L'usam renouvelle sa proposition pour une stabilisation financière de l'AVS

04. May 2011

Communiqué de presse

Les perspectives financières de l’AVS présentées aujourd’hui par le Conseil fédéral confirment les propos que l’Union suisse des arts et métiers usam tient depuis longtemps déjà : les perspectives financières de l’assurance sociale sont extrêmement sombres et des mesures doivent être prises urgemment si l’on veut améliorer la situation. L’usam avait relancé le débat l’automne dernier en proposant une nouvelle solution : assainir le financement de l’AVS grâce à une stabilisation du degré de couverture du fonds AVS entre 70 et 80% des dépenses d’une année.

En octobre 2010, deux semaines après l’échec de la 11e révision de l’AVS, l’Union suisse des arts et métiers usam avait relancé le débat autour de l’assurance-vieillesse et survivants: elle proposait d’assainir les finances de l’assurance sociale la plus importante de notre pays grâce au respect du degré de couverture du fonds AVS visé entre 70 et 80% des dépenses d’une année. Un système qui aurait pour conséquence une adaptation périodique de l’âge de la retraite en fonction de la situation financière de l’AVS. Les adaptations auraient lieu chaque année et par étape mensuelle. « Ce modèle laisse présager une augmentation périodique de l’âge de la retraite », déclare le directeur de l’usam Hans-Ulrich Bigler. «  Mais il est également envisageable, qu’en période de forts excédents, l’âge de la retraite soit abaissé. »

Cessons de minimiser
Le directeur Hans-Ulrich Bigler ne s’étonne pas de la mauvaise nouvelle communiquée aujourd’hui au sujet du financement de l’AVS. Bien au contraire : « Cette annonce ne nous surprend pas. Nous y voyons avant tout une confirmation de nos inquiétudes. Nous restons convaincus que notre solution – une sorte de frein à l’endettement pour l’AVS – peut contribuer à la stabilisation financière de l’AVS. » C’est pourquoi Hans-Ulrich Bigler demande que la proposition de l’usam soit dès lors sérieusement discutée. «  Même s’il s’agit d’une thématique difficile – particulièrement dans une année électorale – le financement de l’AVS est une question trop importante pour qu’elle continue à être remise aux calendes grecques et que ses dettes toujours plus lourdes soient laissées à la charge des générations futures. » Hans-Ulrich Bigler demande aux syndicats et aux partis de gauche d’ôter enfin « leurs lunettes roses » et de faire face à la dure réalité : « Il faut que la minimisation des problèmes financiers de l’AVS cesse enfin. » 

 
Renseignements complémentaires
Hans-Ulrich Bigler, directeur usam, mobile 079 285 47 09

Liens

 


Numéro 1 des PME suisses : organisation faîtière des petites et moyennes entreprises, l’usam représente 280 organisations et quelque 300 000 entreprises.

 

Suche


Mitglieder Login

Kennwort vergessen?


Unterstütze den sgv mit einem Like auf Facebook!



 





Unsere Partner

Direktlinks


helpy - Expertenwissen für KMU